Association Loi 1901

« J’ai rebondi après un échec entrepreneurial » : portrait d’Isabelle Saladin paru sur LesEchos.fr

Article de Géraldine Dauvergne paru sur LesEchos.fr le 21/08/2017

Parce qu’elle s’était posé les bonnes questions avant même d’avoir déposé les statuts, Isabelle Saladin a pu surmonter l’épreuve de la liquidation de sa première entreprise, Art-Dv. Témoignage.

Serial entrepreneur, Isabelle Saladin connaît bien les difficultés rencontrées par de nombreux chefs d’entreprise, y compris l’épreuve de la mise en liquidation. En 2008, elle lance Art-Dv, une plateforme de mise en relation entre créateurs désireux d’arrondir leurs fins de mois et amateurs de décoration souhaitant personnaliser et décorer leur intérieur de manière originale. « C’était l’une des premières marketplace en France », se remémore-t-elle.

En 2011, une levée de fonds s’impose.(…)

 

Un traumatisme personnel, sociétal et financier

Traverser une période d’échec entrepreneurial, cela revient à subir trois traumatismes, raconte Isabelle Saladin : personnel, sociétal et financier. « J’ai eu la chance d’avoir toujours été entourée d’entrepreneurs », raconte-t-elle. « Ils m’avaient mise en garde dès le début : de toute façon, j’allais échouer ! Si j’arrivais à me le dire sans trembler, j’étais prête. Sinon, il valait mieux ne pas me lancer. Si bien que, grâce à eux, j’ai très peu subi le traumatisme personnel. »

En revanche, le regard de la société française est éprouvant. « Je savais, pour y avoir vécu et étudié, qu’aux Etats-Unis une telle expérience valait mieux que tous les CV, alors qu’en France elle est vue comme un échec et donne une image très négative de la personne. » Le traumatisme financier, enfin, est de loin « le plus réel ». « Un entrepreneur qui s’est porté caution personnelle auprès des banques pour sa société, doit rembourser les emprunts et les garanties d’emprunts sur ses biens personnels. » De quoi couper les ailes des plus endurcis.

Isabelle Saladin aime comparer l’entrepreneur et le sportif : tous deux doivent savoir s’entourer et ne pas craindre de revenir sur leurs erreurs pour les analyser et mieux repartir. « J’ai compris que ma principale erreur, à l’époque, venait de ma méconnaissance des codes et du langage des fonds d’investissement. » Si elle devait ne donner qu’un conseil aux futurs entrepreneurs, ce serait de se poser les bonnes questions, avant même de se lancer : jusqu’où suis-je prêt(e) à aller ? Sacrifier ma vie de famille ? Mettre de l’argent sur la table ? « Entrepreneur, c’est un métier, conclut Isabelle Saladin. Et tout le monde n’est pas fait pour ce métier. »

A retrouver en intégralité sur https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/efficacite-personnelle/j-ai-rebondi-apres-un-echec-entrepreneurial-312269.php

Rejoignez les Rebondisseurs Français

Vous accéderez ainsi à l’espace communautaire, aux événements et rencontres privés, pourrez participer avec nous aux actions terrain et publics, partager vos expériences et publier dans l’espace “contribution”, soumettre des idées de projets, etc.

sam-le-rebondisseur-francais

Adhésion annuelle personne physique

20€ / an

Déjà membre ?

icone-reseau-les-rebondisseurs-francais

Partenaires et entreprises ?

La Newsletter

Suivez nos actualités et celles de nos membres.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant ou vous pouvez consultez notre politique de protection des données personnelles.