NetPME.fr parle du #MeetUp2 des Rebondisseurs Français

Revue de presse

Un article paru le 5 octobre sur NetPME.fr, par Charlotte de Saintignon qui était présente le 13 septembre au meet-up organisé chez Morning CoWorking sur les 3 clés du rebond, avec le Médiateur des entreprises Pierre Pélouzet, le serial entrepreneur Denis Fayolle, et Isabelle Saladin, en tant que Présidente d’I&S Adviser.

Extraits :

(…) Lorsqu’Isabelle Saladin a créé son entreprise de market place dans les années 2000, sa levée de fonds a échoué. « En deux semaines, j’ai été fichée 040 (en jugement de liquidation) par la Banque de France, avec les huissiers sur le dos. J’ai dû rebondir rapidement pour pouvoir payer », précise la Présidente des Rebondisseurs français, un mouvement créé en mai dernier qui valorise le rebond comme principale clé de succès. Elle conseille de s’entourer le plus tôt possible de personnes de confiance, famille, amis, avocat ou expert-comptable. « J’ai actionné mes réseaux et trouvé un travail de salarié en un mois seulement » se félicite-t-elle. Depuis, l’entrepreneuse prône le pragmatisme et rappelle la nécessité de bien évaluer ce que l’entrepreneur est prêt à risquer. « Le premier risque est d’échouer, rappelle-t-elle. En cas d’échec, l’entrepreneur doit être prêt à rebondir rapidement et à s’adapter.»

Même si Denis Fayolle, ambassadeur des Rebondisseurs français, ajoute qu’il peut parfois être nécessaire de s’octroyer une pause pour pouvoir retrouver une certaine sérénité, digérer l’échec et en tirer des leçons. Un temps nécessaire pour « retrouver la rage de vaincre. » Et il sait de quoi il parle puisque sur la quinzaine de start-ups qu’il a lancées, la moitié ont échoué. À chaque fois, il a rebondi. « Dans chaque échec, on apprend. Au début on ne l’envisage pas. On se confronte à quelque chose que l’on n’a pas anticipé. Même si ce sont des moments difficiles à vivre, les échecs permettent de nous améliorer. Je n’aurais jamais appris l’importance d’une bonne association si un conflit avec mes associés n’était pas arrivé. » Les mauvaises associations d’entrepreneurs seraient d’ailleurs l’une des premières causes de l’échec.

« Il faut accepter que l’échec soit une marche d’expérience vers un plus grand succès » conclut le médiateur des entreprises Pierre Pelouzet. (…)

A retrouver en intégralité sur https://www.netpme.fr/actualite/mesures-faciliter-rebond-chefs-dentreprise/

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Inscription Newsletter
Les Rebondisseurs Français

Merci de votre inscription, vous allez recevoir un email de confirmation.

A bientôt!

Oui Non